loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

Réseaux sociaux: rien n’est vraiment gratuit!

Une gratuité apparente

Facebook, Twitter, Pinterest, Instagram... Aujourd’hui les réseaux sociaux sont partout, et sont gratuits! Comprenez: vous n’avez pas besoin de dépenser un sou pour vous créer un compte.

Internet a révolutionné cette notion de gratuité. Énormément de choses, habituellement payantes, sont devenues gratuites: articles d’informations, livres, conseils, musiques... La gratuité est devenue la condition sine qua none de la réussite et de la popularité sur la toile. Ni plus ni moins.

Les réseaux sociaux, eux, n’ont fait que suivre le mouvement en proposant des services gratuits permettant de rapprocher les personnes, partager ses passions, parler d’actualité, trouver un emploi même... Et en mettant en avant leur côté «100% gratuit», ils sont devenus des phénomènes qui comptent aujourd’hui des millions d’utilisateurs.

Mais cette gratuité est-elle véritable? Pas si sûr.

Nous ne sommes pas les clients des réseaux sociaux

Certes, vous n’avez jamais eu besoin de débourser d’argent pour utiliser ces réseaux sociaux. Mais pour quelle raison?

La réponse est simple: parce que nous ne sommes pas vraiment les clients de ces réseaux sociaux, nous sommes plutôt leurs produits! Sous couvert de nous proposer des services, ces entreprises nous «vendent» à leurs véritables clients: les annonceurs publicitaires!

Pour dire les choses plus justement, les réseaux sociaux utilisent nos informations personnelles afin de permettre à ces annonceurs de nous cibler plus facilement. Par conséquent, ils vont vendre des espaces publicitaires à ces mêmes annonceurs en leur proposant de viser exactement leur clientèle et de transformer plus facilement l’investissement publicitaire en chiffre d’affaires. C’est aussi simple que ça.

Ainsi, vous ne payez rien. Mais il faut prendre conscience que lorsque vous vous inscrivez sur un réseau social (Facebook en tête), vous acceptez implicitement d’être exposé à de la publicité, et surtout, de «troquer» vos informations personnelles contre ce service «gratuit».

Publicité

N’en offrons pas plus que le prix demandé

De nombreuses personnes travaillent pour nous proposer ces services et selon moi, tout travail méritent salaire. Donc il est tout à fait normal d’en payer le prix, qui dans ce cas, est d’accepter la publicité ainsi que la cession de quelques unes de nos informations personnelles. Peu de différence avec l’utilisation d’une carte de fidélité dans un magasin par exemple...
Cependant, sur les réseaux sociaux, c’est à nous de limiter au maximum les informations personnelles que nous offrons en échange: rien ne sert de leur en donner plus qu’ils ne demandent
Puis bien sûr, si nous n’acceptons pas ce prix, alors rien ne nous oblige à utiliser ces services.

Non, ce qu’il faut soulever ici n’est finalement pas le prix à payer pour utiliser un réseau social. Le véritable problème est plutôt l’affichage de ce prix. Actuellement, s’inscrire sur un réseau social est plutôt comparable à acheter une paire de chaussures dont le prix ne serait affiché qu’au milieu d’un ouvrage de cinquante pages (et j’exagère à peine).

Finalement, ne serait-il pas plus honnête envers les utilisateurs que tous ces réseaux sociaux prétendument gratuits affichent clairement le prix à payer dès l’inscription?
Bien évidement... Mais ce serait aussi beaucoup moins vendeurs!

Quelques articles que vous allez aimer...