loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

Pourquoi on ne clique pas sur les publicités Facebook?

Afin de pouvoir exister gratuitement, nous savons - et nous acceptons - que Facebook offre la possibilité de développer des campagnes de publicité. Ces publicités sont tout le temps présentes (ou presque), le plus généralement sur la droite de vos écrans.

Je suis prêt à parier que la plupart d’entre vous ne clique jamais sur ces publicités qui ne sont pour la plupart, ni intéressantes, ni attractives. Mais pourquoi ces publicités n’ont-elles aucun intérêt à nos yeux de consommateurs alors que d’autres (dans les journaux, à la télé...) nous feraient acheter n’importe quoi? En voici les quelques raisons principales...


#1 - Une accroche faible

Dans la langue de Shakespeare, on l’appelle aussi la catchline.
Le but? Accrocher l’oeil et surtout l’esprit!
La plupart des annonces publicitaires sur Facebook ne possèdent pas cette accroche efficace qui intriguerait le consommateur et le ferait cliquer. Mettre 3 ou 4 mots-clés les uns à côté des autres n’est pas toujours la solution. Il faut aussi aussi arriver à titiller l’intérêt du consommateur.

Nos conseils:

  • Utiliser des verbes qui invitent à l’action. Ils sont plus efficaces.
  • Éviter le trop commun «Cliquez!»: c’est certain que l’internaute se doute qu’il faut cliquer...

#2 - Une illustration a faire pâlir les graphistes

Avec l’accroche, l’illustration est ce qu’il y a de plus visible et de plus... accrocheur! Malheureusement, la plupart des annonceurs n’ont pas dû comprendre cela et utilisent des illustrations qui feraient défaillir de nombreux graphistes:

  • Trop de détails. L’illustration n’est pas plus grosse qu’un timbre poste. Plus elle comporte de détails, moins elle est claire. On ne comprend pas. On ne clique pas.
  • Hors sujet. L'illustration représente quelque chose de trop éloigné du sujet de la publicité. On ne comprend pas. On ne clique pas. (Exemple: la photo d’une personne inconnue en gros plan... Quel intérêt?)
  • Trop de texte. Cela ne sert à rien d’utiliser l’espace de l’illustration pour y mettre... encore du texte ! Un mot clef ou une marque, tout au plus. Sinon l’internaute n’est pas intéressé. On ne clique pas.

Nos conseils:

  • Privilégier une illustration qui attire le regard, avec peu de détails. Par exemple: un objet, un logo ou un mot.
  • Ne pas hésiter pas de demander conseil à un professionnel du graphisme. Le marketing par l’image (aussi petite soit-elle), c’est son job.

#3 - Une description qui fait défaut

Si l’accroche de la publicité et l'illustration ont intrigué l’internaute (mais pas assez pour qu’il ait déjà cliqué), il reste encore le corps de la publicité. Cette description, que l’internaute va survoler en un clin d’oeil, est souvent tellement mauvaise qu’elle le fera fuir instantanément.
Les annonceurs doivent comprendre que leurs descriptions sont souvent :

  • Sans intérêt. On gagne quoi à cliquer sur l’annonce? Rien? On ne clique pas.
  • Incompréhensibles. On ne comprend pas? On ne clique pas.
  • «Trop pleines». 5 idées différentes en 20 mots, c’est trop. On ne clique pas.

Nos conseils:

  • 
Privilégier une seule idée claire, sous forme d’invitation ou d’action par exemple.
  • Être clairs. Pas de détour ou d’emballage superflu. Il faut aller droit au but.
  • Expliquer pourquoi l’internaute doit cliquer... et ne pas lui répéter qu’il doit cliquer, c’est une évidence!
  • Éviter les fautes d’orthographe bien sûr!

Exemples de mauvaises publicités:
Catchlines ou descriptions peu claires, Illustrations mauvaises ou hors sujet...


Conclusion - Entre un manque de professionnalisme et un Facebook trop laxiste

En clair, le problème avec les annonces publicitaires sur Facebook est surtout l’amateurisme des annonceurs et leur manque de connaissances en publicité, marketing et graphisme.

Créer une campagne publicitaire sur Facebook est facile et peu cher mais créer une bonne campagne publicitaire n’est pas aisé. Dans ce cas, il vaut mieux se faire aider par des professionnels. Ainsi, on voit très bien que les grandes entreprises qui possèdent des services dédiés à la publicité vont proposer des annonces beaucoup plus efficaces.

Quelques exemples de publicités efficaces proposées par de grandes marques sur Facebook

Est-ce que Facebook est trop laxiste au niveau de l’aspect professionnel de ces publicités? Certainement. Étant payés au clic, Facebook devrait mieux contrôler la qualité de ses publicités. Car nous, consommateurs, serions bien plus enclin à cliquer sur une bonne publicité, que l’on comprend et qui éveille en nous de l’intérêt et de la curiosité, plutôt que sur publicité médiocre et incompréhensible que notre esprit va souvent associer à un spam ou une arnaque...

De plus, de bonnes publicités améliorerait certainement la crédibilité de ce service Facebook ainsi que l’image (très négative) que l’internaute en a.

Quelques articles que vous allez aimer...