loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

Facebook, Twitter: Pourquoi le nombre de fans ne veut plus rien dire?

Facebook, Twitter: Pourquoi le nombre de fans ne veut plus rien dire?

Retour à la fin des années 2000.

Facebook et Twitter viennent de naître et avec eux, l’ère des réseaux sociaux. Certaines entreprises et beaucoup de personnalités tentent l’aventure dès le début. À cette époque, leur popularité se mesure par le nombre de fans sur leur page Facebook ou le nombre de followers sur Twitter.

2012 marque la fin d’un monde au niveau des réseaux sociaux.

Avoir le maximum de fans et de followers semble être devenu le but ultime de tout un chacun mais aujourd’hui, ce chiffre ne traduit plus la popularité ou la main mise d’une entreprise sur un secteur... Pourquoi ? En voici les deux principales raisons.

1) Trop de profils ne sont pas humains ou sont inactifs

Pour le petit exemple, prenons la personne la plus suivie sur Twitter: Lady Gaga. Au moment où j’écris ces lignes, elle compte plus de 29 millions de followers. Mais fin août, le Huffington Post a révélé (grâce à l’étude menée par le site StatusPeople) que plus d’un tiers des followers de reine de la Pop est faux et un autre tiers inactif.

Au delà de l’anecdote, que cela veut-il dire?

Premièrement, la gangrène qui ronge Twitter et Facebook aujourd’hui est la multiplication de faux comptes. Ils sont soit des spams, soit des comptes créés en grand nombre pour gonfler le compteur de fans de certaines personnalités/entreprises. Ces comptes sont dits «faux» puisqu’il n’y a aucun humain derrière: ils sont gérés par des ordinateurs ou simplement abandonnés.
Deuxièmement, il vient s’ajouter à cela tous les comptes inactifs (personnes ne se connectant plus à leurs comptes par exemple...)
De ce fait, lorsqu'une page Facebook est essentiellement suivie par des faux comptes et des comptes inactifs, elle est en réalité suivie par peu de personnes...

2) Il est facile d’augmenter son nombre de fans/followers artificiellement

Il y a quelques années, augmenter son nombre de fans/followers était un vrai travail de tous les jours et en règle générale, la popularité pesait beaucoup dans la balance. Une entreprise réputée (comme Coca-Cola) ou une personnalité célèbre (comme Barack Obama) ont ainsi augmenté rapidement leur nombre de fans sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, recruter en nombre des fans/followers «de qualité» (qui vous suivent sincèrement pour qui vous êtes ou ce que vous représentez) est aussi un travail quotidien.Cependant pour augmenter un compteur de fans sans être regardant sur la qualité de ceux-ci, rien de plus simple: il vous suffit d’un peu de temps et/ou d’argent.

Vous avez des techniques simples comme le followback ou bien des outils en ligne comme les sites d’échanges de likes, les sites tels que Metwee ou bien les sites d’achat de fans. Autant vous dire qu’aucune de ces solutions artificielles n’a nos faveurs car les comptes qui vous suivent ne le font jamais pour qui vous êtes ou ce que vous représentez. Pire encore, beaucoup de ces outils en ligne favorisent la création de faux-comptes (robots, spams...) qui sont, à la longue, vraiment dommageables pour la qualité des réseaux sociaux.

Conclusion: Primez les interactions

Ainsi de très nombreuses personnes ou entreprises vont se retrouver avec des milliers de suiveurs alors qu’elles ne publient jamais de contenu et qu’elles ne sont aucunement populaires. Mais même si leurs fans seront constitués essentiellement de faux-comptes ou des comptes inactifs, comment, à vue d’oeil, les distinguer d’une entreprise sérieuse qui aura gagné ses fans grâce à son travail, aux produits qu’elle propose et à sa réputation? Assez compliqué bien sûr... Par conséquent le nombre de fans/followers, seul, ne veut plus rien dire.

Pour juger la véritable popularité de qui que ce soit sur les réseaux sociaux (la votre ou celle de votre entreprise pour commencer), préférez jeter un oeil sur les interactions du public. Y-a-t-il de nombreux likes? commentaires? partages? retweet?... Bref, est-ce que le public de ce compte est réactif?

Certaines compagnie en ligne ont essayé de quantifier ces interactions en voulant mettre un chiffre sur la réputation et l’influence de tout un chacun sur le Web (Klout est certainement l’outil le plus connu). Cependant aucun de ces outils n’est encore arrivé à être assez précis pour être crédible. Pour l’instant il est donc préférable de vous fier à votre seul jugement objectif.

Quelques articles que vous allez aimer...