loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

La newsletter n’est pas morte!

On l’appelle «newsletter» ou en bon français «lettre d’information» ou «infolettre».
C’est ce courriel, à la fois informatif et promotionnel, que vous envoient des sites Internet, des boutiques, des marques, des entreprises, etc.


Pourquoi elle a failli y passer ?

Aujourd’hui, on entend beaucoup de réflexions (avec un accent français plutôt snob généralement) du genre :

Oh my god ! La newsletter ? C’est tellement 2005 !

C’est vrai, la newsletter a failli passer à la trappe, surtout vers 2007/2008 lorsque les réseaux sociaux ont fait une entrée remarquée dans le monde d’Internet. Il se disait que plus personne n’avait besoin d’écrire de newsletter : il suffisait de créer une page Facebook ou un compte Twitter pour faire passer ses messages et faire sa promotion!

La newsletter était prête à partir à la retraite, poussée vers la sortie par ces techniques de communication plus jeunes et semblait-il, plus efficaces. Et pourtant certains ont vu en la newsletter encore beaucoup de potentiel. La rumeur comme quoi elle n’était pas complètement finie s’est répandue... et aujourd’hui la newsletter n’est plus du tout ringarde!

Pourquoi la newsletter fonctionne toujours?

Parce que les réseaux sociaux ont été victimes de leur succès et le vieil adage «Trop d’info, tue l’info» est revenu comme un boomerang!
Les entreprises qui envoient des informations via les réseaux sociaux ne sont pas 100% certaines de toucher leur cible car ces infos ont plus de chance de se perdre dans la masse que d’arriver jusqu’aux destinataires. 

La newsletter a donc été gardée à son poste, pour compléter la communication faite sur les réseaux sociaux. Au moins, on était quasiment certain que cette petite lettre allait être distribuée, qu’elle soit lue ou non.
On lui a donc généralement fait subir un bon gros relooking pour la rendre plus au goût du jour et hop! C’était reparti, comme à la belle époque, avant que les réseaux sociaux n’arrivent... 

Publicité

Nos conseils: ce qu’il ne faut pas faire

  • Ennuyer le lecteur. Il faut par exemple éviter les longs paragraphes. Mettez-vous dans la tête que le lecteur n’a pas de temps pour lire votre newsletter, il en reçoit 10 par jour!
  • Perdre le lecteur. Une mauvaise organisation de la newsletter serait fatal. Souvenez-vous: si elle manque d’attractivité ou qu’on ne comprend pas tout de suite le message, elle partira automatiquement à la poubelle!
  • Ne pas paraître professionnel. Rien de pire qu’une newsletter qui respire l’amateurisme, au niveau design comme au niveau du contenu.
  • En envoyer trop souvent. Attention, cela pourrait être considéré comme du spam. Puis le lecteur pourrait se lasser.

Nos conseils: ce qu’il vaut mieux faire

  • La préparer à l’avance. La newsletter, ce n’est pas juste un courriel qu’on envoie à ses clients. C’est un message promotionnel et informatif qui doit les intriguer et faire qu’il reviennent vers vous. Alors ça se prépare, tant au niveau du design que du contenu et de l’organisation. Pas de place à l’improvisation ici.
  • Faire faire le design par un designer graphique. Tout n’est qu’apparence, soyez-en certain. Alors plutôt que de jouer à l’apprenti sorcier en mélangeant couleurs et éléments graphiques qui feront fuir le lecteur lambda, dépensez plutôt une centaine de dollars pour vous payer les services d’un professionnel.
  • Privilégier ce qu’il y a de plus visuel. Comme nous le disions plus haut, les gens n’ont plus le temps de lire: ils veulent tout, tout de suite. Alors pour votre newsletter, choisissez d’être concis. Privilégiez les éléments très visuels (images, photos...) et trouvez les bons mots (il ne s’agit pas d’écrire les titres en gros et rouge!).
  • Mettre ses promotions de l’avant. C’est exactement ce qu’attend le consommateur. Recevoir les bons plans du moment, les promotions de la semaine et encore mieux, des coupons de réduction et des bons d’achats! Le couponing est toujours très tendance, comme nous le disions dans un de nos précédents articles.

Quelques articles que vous allez aimer...