loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

Pigiste: 10 choses à ne pas dire à son client

Graphistes, développeurs, web-designers... Lorsqu’on travaille à la pige ou en freelance, c’est nous qui gérons la relation avec le client nous-même. Pas d’intermédiaire, pas de filtre, pas de «parachute» : c’est du contact direct.

Face à nos clients, nous avons tous laissé échapper quelques phrases que nous aurions jamais dû dire et qui souvent, ont eu des conséquences que nous aurions préféré éviter.

Et même si nous ne sommes pas infaillibles, voici 10 exemples de phrases courantes qu’un pigiste ne devrait jamais dire à un client.


Si vous n’êtes pas content, allez voir ailleurs

Vous venez de dire cette phrase telle quelle à un de vos clients? Espérons que celui-ci n’est pas trop colérique, sinon... courrez! C’est certain, vous avez 99% de chance de vous débarrasser de ce client (et c’est certainement ce que vous vouliez). Mais au niveau relation à la clientèle, c’est un échec.

D’une part, parce que stopper une relation sur un conflit pourrait être dangereux pour votre image et votre réputation (ce fameux bouche à oreille qui peut aller très vite). Mais surtout, ce sera beaucoup plus gratifiant pour vous, au niveau professionnel et personnel, de réagir de manière calme et posée: trouvez plutôt une solution qui conviendra aux deux parties, quitte à ne plus jamais accepter un contrat avec ce client par la suite.

C’est comme ça que je fais d’habitude

Visiblement inoffensive, cette phrase est en réalité une balle que vous vous tirez dans le pied.
D’abord, vous êtes en train de dire au client qu’il n’est pas unique. Et ça, ça fait mal à son égo. Mais vous dites aussi à demi-mot que vous n’êtes pas du genre à vous adapter en fonction de la situation: une bien mauvaise image de votre travail.
La solution? Justifiez votre choix! Expliquez plutôt pour quelles raisons vous faites comme ça et pas autrement. Dire que c’est une habitude n’est jamais une raison valable.

Vous ne comprenez vraiment rien, laissez-moi faire

Dans le même genre vous pourriez lâcher un «Taisez-vous, c’est moi le professionnel» ou alors piétiner en hurlant «Le professionnel c’est moi, moi et moi!».

Mettons les choses au clair: à priori, le client a conscience que vous êtes le professionnel. Sinon il n’aurait pas fait appel à vous et aurait fait sa petite cuisine dans son coin.

Et si quelquefois il a des idées qui ne sont pas spécialement bonnes, alors écoutez-les et expliquez-lui pourquoi ces idées ne sont pas idéales. Ne lui demandez pas de se taire et évitez un conflit inutile. Puis si vous ressentez le besoin de rappeler au client de vous faire confiance, trouvez alors les bons mots, justifiez encore vos choix et expliquez-lui posément pourquoi ce sont les meilleurs. Bref, rassurez-le.

Pour les prix, nous verrons après...

Dire ça, c’est le meilleur moyen pour avoir des problèmes.
Concernant vos prix, soyez toujours clair. Souvent, par manque d’information, il vous sera difficile d’être précis sur le coût total d’un projet. Mais pour autant, donnez toujours (et ce dès le début) une indication à votre client, même si ce n’est qu’un taux horaire. Le client saura donc à quoi s’attendre: cela évite les surprise, pour lui comme pour vous.

Publicité

Payez-moi quand vous le pourrez / quand vous voulez

Vous imaginez la caissière de votre supermarché vous dire : «Vous pouvez partir avec vos courses, vous reviendrez payer quand vous pourrez!». Il y a pas mal de chances que vous ne reveniez jamais, n’est-ce pas?

C’est certain, l’exemple est un peu exagéré étant donné qu’il est commun que certains clients vous demandent un délai pour vous payer. Cependant, dans tous les cas, soyez précis. Que ce soit une semaine, 30 jours, 3 mois, payé en 3 fois ou en 10 fois... écrivez-le sur papier, dans le contrat ou sur la facture.

Donnez toujours des limites et des règles du jeu! Montrez que vous êtes sérieux et donc que le client se doit de l’être aussi.

Voilà mon numéro, appelez-moi quand vous voulez!

Doit-je vraiment préciser pourquoi ceci n’est pas une bonne idée? Est-ce que la douce voix de votre client pour vous sortir du lit un dimanche matin vous ferez plaisir? Tout est dit.

Alors encore une fois, mettez des limites. Si vous n’avez pas de numéro professionnel séparé, clarifiez les heures auxquelles vous serez disponible par téléphone. Puis offrez-lui plutôt de vous écrire sur votre courriel professionnel: c’est plus facile à gérer et ça laisse une trace écrite.

J’ai vraiment besoin de ce projet

Sérieusement, votre client a-t-il besoin de savoir que vous êtes aussi désespéré?
Premièrement, ce n’est parce qu’il aura pitié qu’il voudra travailler avec vous.
Deuxièmement, en lui montrant votre désespoir, le client sait qu’il pourra tout vous faire faire...

C’est pas de ma faute, c’est de la vôtre!

Vous n’avez plus 5 ans! Il y a un problème et c’est effectivement de la faute du client? Faites votre point de manière calme et posée. Puis surtout, trouvez rapidement une solution qui convient aux deux parties. Il n’y a pas de place à une bataille rangée, où chaque partie se renvoie la balle à tour de rôle.

Dans le cas où la situation s’envenime (et ce n’est pas rare), n’utilisez jamais d’arguments que vous ne pouvez pas justifier («Vous m’avez dit que...», «Je pensais que...»). Appuyez-vous toujours sur le contrat préalablement rédigé, l’offre de services liée au contrat ou encore sur des documents écrits par le client.

Je peux tout faire / Je suis désolé, mais je ne peux pas le faire...

La première phrase est un mensonge.
Et avec la deuxième phrase, c’est votre professionnalisme qui peut en prendre un coup.

La solution? Construisez-vous un répertoire de contacts professionnels qui complètent ce que vous savez faire et dans lesquels vous avez confiance! Puis à votre client, dites simplement que vous aurez toujours une solution à lui offrir. Et le cas échéant, proposez-lui de travailler avec un de vos bons contacts. Ainsi vous conservez votre client et sa confiance sans vous mettre dans l’embarras.

Publicité
Les 1ers pas de votre enterprise sur l'Internet

Téléchargez notre eBook gratuit !

Vous avez aimez cet article? N'hésitez pas à télécharger gratuitement notre eBook "Les premiers pas de votre entreprise sur l'Internet" en cliquant ici.

Quelques articles que vous allez aimer...