loader

Message d'erreur

  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 2 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).
  • Strict warning : Only variables should be passed by reference dans eval() (ligne 13 dans /home/lacliniq/webapps/pathways/modules/php/php.module(80) : eval()'d code).

Vous êtes ici

Le crowdfunding : opportunité ou illusion?

Le crowdfunding : opportunité ou illusion?

Chercher du financement pour son projet

Vous avez un projet de business qui vous tient à coeur et vous vous demandez comment le financer. Mais passer par une banque n’est pas une solution car vous ne voulez pas vous endetter, surtout en ces temps de crise. Alors vous fouillez sur le web et là, au bout de quelques clics, apparait un mot qui semble magique tant il apporte de l’espoir: «crowdfunding». En français, nous parlons de «financement participatif».

Le principe est simple : ce sont les internautes qui, croyant en votre projet, vont le financer. En échange, ces internautes-contributeurs recevront généralement des compensations financières ou matérielles, en fonction de leur investissement.


Les labels participatifs : pour quelques artistes chanceux

Jauge Crowdfunding MyMajorCompany
Fig.1 - Exemple de jauge (source : MMC V3)

Vous êtes chanteur et vous rêvez de pouvoir enregistrer votre album? Ou bien écrivain, et vous voulez publier votre livre? Il existe les labels participatifs. Par exemple, le plus célèbre (et le pionnier) en Europe est «My Major Company». Depuis 2007, date de sa création, le principe est simple: vous créez votre page d’artiste, donnez un aperçu de votre art (chansons, extraits de livre...) et vous invitez les internautes à miser sur vous. Une fois la jauge remplie, c’est gagné: le label communautaire vous aide à enregistrer votre album (ou publier votre livre) puis il en assure la promotion, la mise en marché, la rémunération des internautes-producteurs...

Un véritable coup de pouce pour un artiste qui débute me direz-vous? Pas si évident. D’abord, il faut arriver à récolter le montant nécessaire. Et pour cela, votre entourage seul ne suffit pas. Il faudra donc arriver à convaincre beaucoup de monde. Puis si avec votre motivation (et votre talent) vous arrivez à remplir la jauge, alors rien n’est joué pour autant. Regardez plutôt: depuis 2007, près d’une cinquantaine d’artistes ont remplis cette fameuse jauge chez MyMajorCompany France. Aujourd’hui, seuls 3 ont connu un réel succès. Ce qui, à date, équivaut à un maigre 6% de réussite.

Plutôt décevant. D’autant plus que beaucoup d’artistes qui sont passés par là avouent à demi-mots ne pas avoir tous été traités de la même manière quant à la conception de l’album (ou du livre) et à sa promotion. Mais l’opacité de ce type de label participatif est telle qu’il est difficile savoir ce qu’il en est réellement.

Notre conseil:
Chers artistes, soyez très prudents! Cette expérience ne vous coûtera certainement rien mais cela pourra s’avérer être une perte de temps étant donné qu’une fois la jauge remplie, vous êtes en contrat avec le label, pour le meilleur... et pour le pire.


Les plateformes de financement : pour tous vos projets

  

Différentes du label participatif, de nombreuses plateformes de financement se sont développées depuis 2009, date de la création du célèbre Kickstarter. Plus ou moins intéressantes et plus ou moins célèbres, elles vous donnent simplement une chance de récolter du financement pour vos projets (artistiques, associatifs, entrepreneuriaux...)

Ces plateformes ne sont que des intermédiaires: ils ne vous offrent presque rien si ce n’est de la visibilité puis une interface de présentation et de paiement. Vous devez tout faire par vous même: de la création de la page de présentation à la promotion en passant par la fixation du montant à atteindre et de la période de récolte des dons, sans oublier de déterminer quelles récompenses vous allez offrir aux internautes en fonction de leurs dons (récompenses matérielles et non financières).

  
Contreparties Récompenses pledge Crowdfunding Ulule
Fig. 2 - Exemple de contreparties (source : Ulule)

 

Puis uniquement dans le cas où vous réussissez à atteindre (ou dépasser) le montant fixé, alors la somme vous sera remise après que la plateforme se soit généreusement servie (environ 5 à 10% de la somme récoltée). À ce stade-là, l’avenir de votre projet est entre vos mains, vous devez en assumer toutes les responsabilités et il ne faut pas oublier de distribuer aux internautes-participants les récompenses que vous leur avez promis.

Notre conseil: 
Quelque soit votre projet, faites en sorte qu’il soit très avancé et très organisé avant de vous lancer sur ce type de plateforme. Ne laissez rien au hasard car même si ce n’est pas facile de récolter l’argent dont vous aurez besoin, ces plateformes sont souvent de belles pistes de décollages pour de nombreux projets. Si vous êtes citoyen américain, le site le plus intéressant est toujours Kickstarter. Pour tous les autres, nous vous conseillons Indiegogo ou bien Ulule, disponibles à l’international et qui bénéficient d’une belle réputation sur la toile.


Investir dans un projet en crowdfunding: un moyen de gagner de l’argent?

Maintenant plaçons nous du côté des investisseurs, ceux qui croient en un projet, qui souhaitent le voir se réaliser et qui, pour cela, décident de l’appuyer financièrement. Ces petits investisseurs là, peuvent-ils vraiment gagner de l’argent?

Si vous décidez d’investir dans un projet présent sur une plateforme de financement (Kickstarter, Ulule...) alors la réponse est non, vous ne gagnerez rien. Vous obtiendrez la contrepartie (objet, service...) pour laquelle s’est engagé le porteur du projet mais ce sera tout.


Retour sur investissement People for Cinema

Fig. 3 - Exemple de retour sur 20€ d'investissement sur Peopleforcinema

Si vous décidez d’investir dans un projet artistique présent chez un label participatif (MyMajorCompany, PeopleForCinema...) alors en théorie, vous pouvez espérer un retour sur investissement proportionnel aux parts que vous avez achetées. Cependant, la réalité semble beaucoup moins rose si l’on compte le nombre grandissant d’internautes déçus par leur expérience. Manque de communication avec les internautes-investisseurs, opacité quant au devenir précis des investissements, manque de clarté sur l’origine des gains... Ainsi, l’image de ces labels tend à se ternir de jour en jour et les internautes quittent le navire, au point que certaines compagnies, à l’instar d’Akamusic ou MyMajorCompany, aient décidé d’effectuer un virage radical pour devenir, totalement ou partiellement, de simples intermédiaires de financement comme Kickstarter ou Ulule.

Notre conseil:
Soyons très clairs, investir dans un projet en crowdfunding pour gagner de l’argent sur le moyen ou long terme est une illusion. Vous gagnerez certainement la fierté d’avoir participé à la mise en place d’un projet, si celui-ci a la chance de voir le jour, mais financièrement, votre probabilité de faire des bénéfices est quasiment nulle. Ne voyez pas le crowdfounding comme un investissement mais plutôt comme une dépense.

Portrait de Julien Valat

Julien Valat  

http://www.lesbobosnomades.com

Blogueur. Auteur. Community Manager. Je me considère comme un enfant du web et des réseaux sociaux. J’ai toujours aimé partager mes connaissances dans les domaines de la communication, du commerce et du marketing... et c'est ce que je continue de faire en bloguant!

Commentaires

L'argent a toujours été au coeur du système MMC (mais au coeur de quoi n'est-il pas actuellement ?). Cependant jusqu'à la V4, qui définit réellement le site comme étant du "financement participatif", leur communication a bien eu un deuxième axe ! celui du participatif "humain" ! Ils laissaient croire aux gens qu'ils aillaient participer à "l'aventure" de la production/édition de disques/livres.

Hors une fois les 100K atteint vous lisiez, si vous n’étiez pas d'accord avec une proposition (voir une décision déjà prise sans concertation), qu'il fallait laisser "travailler les professionnels"...

Bien sur, tous les artistes ne peuvent pas percer ! et il est clair que tous n'ont pas percé, il n'y a qu'à voir les ventes (mais bizarrement de ces chiffres là aucun média n'en parle et on continu à vous vanter MMC). Mais quand la promo, car mal gérée, n'offre aucune visibilité à un artiste, ses chances sont tout de même sacrément amoindries !
De plus, pour beaucoup d'artistes, Warner Music n'a pas distribué plus de 3000 CDs physiques sur toute la France, les internautes eux mêmes ne le trouvaient pas en rayon pour l'acheter (et oui car en plus tous non pas droit à l'album physique !). Vous appeler ça une "exposition forte en magasin" vous ?

Mais la tromperie sur "l'aventure" ne s'arrête pas là, le manque de transparence de ce site c'est fait à plusieurs niveaux: aucun détails sur l'utilisation de l'argent (donc aucune certitude sur son utilisation total réelle), aucune vérification possible sur le calcul des "gains" (mais au vu des gains... hormis les 3 têtes d'affiches, pour 2011, environs 20 centimes pour 10 euros versés cela ne couvre même pas les frais perçus par MMC au moment du dépôt), aucune discussion possible du moment que l'on ne dit pas "amen", aucunes réponses (ou totalement à côté) aux questions des internautes du moment "qu'elles fâchent", aucune utilisation du potentiel de communication que représente les internautes pour les artistes...

Je n'ai pas que perdu de l'argent sur MMC, j'y ai perdu aussi beaucoup de temps à défendre des projets artistiques auxquels je croyais, pour rien, si ce n'est peut-être à aider malgré moi MMC à trouver d'autres "pigeons" à plumer.

J'ai été naïve d'y croire ? Et bien je ne suis pas la seule dans ce cas et d'autre comme moi continuerons à se faire piéger si personne ne dit rien. Car l'affect entre internautes et musique, voir une relation forte avec les artistes, existe et ne profite qu'à MMC. Alors voir tout cela encore gâché et utilisé ? JE DIS NON ! Il est temps que la face cachée de la médaille MMC soit visible et non plus seulement la "brillante réussite" de certains !

Pourtant le site tente encore de cacher certaines vérités peu reluisantes, la vidéo YouTube présentant la V4 avait reçue tellement de "j'aime pas" et de commentaires négatifs, qu'ils ont désactivés l'ajout de commentaires et "planqué" les résultats "j'aime/j'aime pas". Procédé qu'ils ont étendu à l'actuelle vidéo de présentation sur la page d'accueil du site.

Il est normal pour une société "d'habiller la mariée", mais attention aux dessous mités ;)

Merci HyrieeMu pour avoir partagé ton expérience sur MyMajorCompany (MMC). Ces précisions sont importantes et illustrent l'opacité de ce genre de système, que ce soit par rapport aux artistes autant que par rapport aux investisseurs.

il y a tellement à dire sur MMC, on a vu tellement de chose qu'ils se sont permise de faire, qu'on en est maintenant à se réunir de plus en plus en groupe (plus de 400) sur facebook contre MMC. Certain diront , mais partez tout simplement et je répond "on peut pas" nous avons de l'argent investit chez eux pour notre plus grand malheur et ceux des artistes et pour leur plus grand bonheur. Ce sont les picsous des temps moderne. Une action commune n'est pas exclus, on y viendra surement je pense, trop d'abus ont été fait de leur part et surtout de non respect de leur propre conditions que nous avons signé et que eux n'ont pas respecté....

Merci pour ton commentaire. D'après les témoignages que je vois, les labels participatifs semblent en déclin. Mais le principe des plateformes de financement va-t-il fonctionner longtemps encore? Certaines de ces plateformes prennent quand même 10% du montant récolté, seulement pour fournir l'interface... Plutôt énorme comme commission non ?

Le crowdfunding propose également de financer l'économie réelle et de devenir actionnaire d'entreprises non cotées en toute simplicité. La France doit absolument trouver de nouvelles alternatives pour permettre aux entrepreneurs de trouver des financements. Le crowdfunding permet d'allouer l'épargne au financement de l'économie réelle. ANAXAGO.com est une plateforme qui propose aux investisseurs particuliers d'investir en toute transparence dans des entreprises innovantes, pour faire avancer les entrepreneurs. N'hésitez pas à nous contacter et à rejoindre notre communauté sur Anaxago.com !

Le crowdfunding appliqué aux petites entreprises est certainement une solution très intéressante si c'est vraiment sérieux, que tout le monde joue franc jeu et qu'il y a une vrai transparence (car c'est surtout cette transparence et ce sérieux qui manquent aujourd'hui sur les plateformes de crowdfunding). En tout cas, merci de faire partager ce site, nous allons y faire un tour!

Bonjour, je viens de tomber par hasard sur votre fil de discussion au sujet du crowdfunding. Étant moi même un scénariste de BD édité et financé par un de ces sites (déjà 2 tomes chez Sandawe.com + le 3ème tome en cours). Je partage, hélas, vos réserves quant à la pérennisation et aux bénéfices réels engendrés pour les investisseurs sur ce type de site. C'est pourquoi, j'ai décidé pour mes autres projets de BD de me prendre en mains. Et de créer une structure éditoriale basée sur le crowdfunding du style "Kickstarter" ou "Ulule". Mais où je suis mon propre éditeur. Et surtout, je propose des bonus collectors à mes contributeurs et non d'hypothétiques bénéfices à des investisseurs, qui n'en verront jamais la couleur. Si le cœur vous en dit, (ou simplement la curiosité),vous pouvez toujours aller jeter un coup d'œil sur cette nouvelle structure éditoriale qui se prénomme: Dream éditions. Bonne journée à toutes et tous. http://www.dream-editions.com

C'est une très bonne idée de garder le principe du crowdfunding en étant votre propre éditeur sans passer par les grosses "machines" qui vous prennent une bonne partie des bénéfices .Je vous souhaite vraiment d'arriver à financer vos BD (et votre rêve par la même occasion!) Bonne continuation :)

Merci Julien pour vos encouragements!

Ajouter un commentaire

Quelques articles que vous allez aimer...